Assurance vie : gare aux arnaques aux faux notaires

Article mis à jour le 2 juillet 2021

Depuis plus d’un an, les arnaques à l’assurance vie se multiplient sur tout le territoire. Se faisant passer pour de faux notaires, des escrocs font ainsi miroiter de juteuses assurances vie, aux proches d’une personne récemment décédée. Une arnaque bien ficelée, qui a déjà fait des centaines de victimes en France et dont il vaut mieux se méfier.

Une arnaque en recrudescence

Si vous vous demandez pourquoi souscrire une assurance vie, cette dernière constitue notamment un bon moyen de protéger vos proches en cas de décès. Sauf, si hélas, ces derniers se font arnaquer, comme c’est le cas actuellement en France, où les escroqueries à l’assurance vie se multiplient.

Se faisant passer pour de faux notaires, de nombreux malfrats ont en effet dernièrement abusé de la naïveté des proches d’une personne décédée, en leur prétendant qu’elles étaient bénéficiaires d’un capital en assurance vie. Déjà, des centaines de victimes ont été recensées en France.

Une méthode bien rodée

Bon à savoir, les escrocs en question ont sensiblement le même mode opératoire : après avoir épluché les avis de décès, ces derniers se rapprochent de leurs victimes par e-mail ou par téléphone, en se faisant passer pour des notaires. Reste à soutirer, aux proches de la personne décédée, des informations personnelles (justificatif d’identité et de domicile), puis à leur réclamer le versement d’un acompte de 5 %, pour pouvoir débloquer le faux capital. Évidemment, une fois l’argent versé par les victimes, les escrocs ont disparu.

Pour être crédibles, les malfrats redoublent en outre d’imagination et n’hésitent pas, par exemple, à usurper des logos d’études ou à transmettre de faux documents, signés du nom d’un vrai notaire. « Certains disposent même d’un site internet et d’une plateforme téléphonique pour répondre à la victime », a notamment souligné Richard Levionnois, président de la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine, au journal Ouest-France. Et d’après la Chambre des notaires, le phénomène pourrait même s’étendre à d’autres professions du droit.

A lire aussi : Assurance scooter électrique : comment faire le bon choix ?

Aucune région de France n’est épargnée

Finalement, aucune région de France n’est épargnée. Apparue au début de la crise sanitaire, l’arnaque a finalement pris de l’ampleur et touche désormais tout le territoire.

Au mois de décembre dernier, la Chambre des notaires des Landes, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées, a ainsi affirmé avoir reçu une quinzaine de signalements en une semaine. Le même nombre de plaintes a en outre été comptabilisé en Loire Atlantique et la chambre des notaires de Rennes a quant à elle déploré une dizaine de victimes, parmi lesquelles certaines ont versé entre « 10 000 et 20 000 euros » aux usurpateurs.

Comment ne pas se faire avoir ?

Pour se prémunir de ce genre d’arnaque, mieux vaut donc redoubler de vigilance. En premier lieu, il convient de ne jamais communiquer ses informations personnelles et de penser à bien vérifier l’identité du notaire en question. Pour cela, il est possible de consulter l’annuaire officiel national sur internet, ou de contacter directement la chambre notariale de son département. Le mieux restant toutefois de se déplacer.

Bon à savoir également, si un notaire peut avoir connaissance de la détention d’un contrat d’assurance vie par un défunt, il ne peut en revanche pas être celui qui en possède les fonds. Seul l’organisme auprès duquel le placement a été souscrit, est ainsi en mesure de débloquer le capital. Si vous pensez ou constatez avoir été escroqué, il est enfin essentiel de vous présenter au commissariat, ou à la gendarmerie la plus proche.

A lire aussi : Mon assurance moto temporaire prend-elle en compte mon passager ?

Image par défaut
Nathan
Nathan responsable de la publication de Info-mag-annonce.com. Tous ses articles sont rédigés en coordination avec l'équipe de direction.
Publications: 68

Laisser un commentaire