Comment traiter la moisissure sur le mur d’une chambre ?

Article mis à jour le 15 avril 2021

Il n’est pas toujours facile d’identifier la cause d’un sommeil troublé. Un matelas trop dur, trop mou ou pas adapté ? Une nuisance sonore/lumineuse quelconque ou encore une gêne respiratoire ? Autant de facteurs qui peuvent influer significativement sur la qualité de vos nuits. Un des éléments très peu décelables est notamment la moisissure, cette épaisse couche concentrée en allergènes et en bactéries qui élit domicile dans les recoins sombres. Saviez-vous que même les pièces bien aérées pouvaient en souffrir ?

Ce n’est pas juste la chambre à coucher qui est concernée dans ce cas, mais bien toute la maison. Et si visuellement, elle peut être remarquée aux premiers abords, la moisissure se fait discrète dès lors qu’elle se trouve dans un endroit bien caché. Causes, signes distinctifs et remèdes naturels sont autant de points que nous allons aborder dans cet article. Voici donc sans plus tarder un petit guide pratique pour apprendre à combattre la moisissure qui squatte vos murs efficacement.

Cause de la moisissure sur les murs intérieurs

La moisissure, c’est ce phénomène récurrent qui nous est tous déjà arrivé, à un moment ou à un autre de nos vies. Vous savez, ces petites taches sombres et humides qui sont apparues soudainement sur votre plafond de cuisine ou de salle de bain. Bien que la moisissure ait un penchant pour les pièces où le flux d’eau est courant, il n’empêche que d’autres lieux de la maison soient touchés eux aussi. C’est le cas notamment des chambres à coucher, deuxièmes endroits les plus touchés après les pièces d’eau. Mais qu’est-ce qui fait que la moisissure s’infiltre quasiment partout et pas juste dans les endroits avec une arrivée d’eau ? Eh bien, plusieurs raisons en fait, les plus fréquentes sont :

  • Une ventilation insuffisante ;
  • Un sol mal isolé de l’humidité ;
  • Un problème d’infiltration de l’extérieur.

Il faut savoir que nous, en tant qu’êtres humains, nous relâchons de l’humidité dans l’air à longueur de journée au même titre que les plantes. Il ne faut pas négliger la quantité d’humidité émise par un couple dans une chambre quand un problème de moisissure fait son apparition. Lorsque la pièce en question n’est pas ventilée correctement, cette humidité reste dans l’air jusqu’à venir s’incruster dans les murs et les recoins. Elle crée ainsi de petites fissures et vient y loger les spores et autres allergènes.

Si vous habitez au rez-de-chaussée et que vos fondations ne sont pas correctement isolées, vous pouvez avoir des remontées humides par capillarité. Toute cette humidité qui remonte va venir se vaporiser dans l’air et avoir le même effet que l’humidité humaine ; des petites taches aux murs. Enfin, si vous avez un problème d’infiltration (cheminée, mur mal isolé, trou dans la charpente, etc.) il est évident que des fuites d’eau de pluie peuvent avoir pour conséquence la formation de moisissure.

Les différents types de moisissures et leur signification

Avant de commencer votre épopée envers une maison complètement assainie de moisissures, il est important de comprendre comment sont catégorisées celles-ci. Il existe plus de 100 000 espèces de moisissures différentes de par le monde, toutes possiblement mortelles pour certains sujets spécifiques. Pour différencier les plus grandes familles, on utilise le système de couleurs suivant :

  • Les moisissures vertes ;
  • Les moisissures blanches ;
  • Les moisissures noires.

Ce sont les moisissures noires des murs que l’on retrouve le plus fréquemment, car elles sont plus à même de se tapir dans les endroits reculés. La Stachybotrys et la Memnoniella sont les deux espèces les plus communes de cette variété. Elles présentent toutes deux une couleur virant vers le noir profond après installation. Le hic avec cette moisissure noire, c’est qu’elle est généralement très dangereuse pour les enfants en bas âge, dont le système immunitaire est encore en développement. En effet, la moisissure noire relâche des spores dans l’air qui, si respirés pendant longtemps, peuvent induire à des saignements au niveau du système respiratoire (poumons). La moisissure noire peut s’avérer difficile à déceler, car elle a tendance à se former dans des recoins peu touchés par la lumière (renfoncements, derrière les murs ou dans le faux plafond par exemple).

moisissure-humidité

Les autres types de moisissures sont-ils dangereux ?

Pour ce qui est de la moisissure verte des murs, il s’agit principalement d’Aspergillus, une espèce qui aime attaquer le bois et les matériaux naturels. Cette moisissure est tout particulièrement dangereuse pour les asthmatiques. Ces spores vont cibler les poumons directement et relâcher des mycotoxines très nocives pour les personnes souffrant de problèmes liés aux défenses immunitaires. Enfin, pour la moisissure blanche des murs, sachez qu’il s’agit bien souvent d’une espèce en particulier : le Geotrichum. Cette moisissure en question est souvent d’apparence blanchâtre et poudreuse ; elle s’apparente à du plâtre pour ceux qui ne la connaissent pas. Mais ça n’a rien du plâtre, réellement.

C’est une des moisissures les plus dangereuses puisqu’elle attaque les poumons pour y propager tout un tas d’infections différentes, dont la tristement célèbre tuberculose. Le Geotrichum peut également toucher les yeux en induisant des infections oculaires fréquentes, accompagnées de symptômes de fatigue chronique. Voici un autre type de moisissure blanche : Trichoderma. Cette dernière est tout aussi dangereuse puisqu’elle attaque le foie à coup d’infections purulentes. D’aspect similaire au Geotrichum, cette dernière possède toutefois la particularité d’avoir des taches vertes disséminées çà et là.

Comment savoir si la moisissure dans son mur est un danger ?

Outre les 3 grandes familles de moisissures déjà citées, vous devez savoir qu’identifier la moisissure qui sévit chez vous est primordial. On distingue par ailleurs 3 catégories de moisissures classées selon leurs effets sur la santé :

  • Les moisissures allergènes ;
  • Les moisissures pathogènes ;
  • Les moisissures toxiques.

Comme leur nom l’indique, les moisissures allergènes sont en cause de phénomènes d’allergie chez les personnes sensibles. Pour faire court, si une personne avec des antécédents d’allergie se trouve dans une pièce contenant ce type de moisissures, elle va automatiquement développer une réaction allergique (boutons, démangeaison, difficultés respiratoires, etc.). Le second type de moisissures va plutôt cibler les personnes en déficit immunitaire ; elle va libérer une quantité non négligeable de spores dans l’air qui vont venir être respirés par ces derniers.

La particularité de cette catégorie de moisissures, c’est qu’elles provoquent bien souvent des infections graves à plusieurs niveaux (système respiratoire, foie, cerveau, etc.). Ce sont les personnes du troisième âge, les petits enfants et les personnes dont le système immunitaire est affaibli qui peuvent réellement souffrir et être en danger face à ce genre de moisissures.

Troisième et dernière catégorie, et sûrement la plus dangereuse, les moisissures toxiques. Comme leur nom l’indique, ces moisissures sont la source de nombreuses maladies et conditions pathologiques. Le simple fait d’inhaler ses spores vous expose à plusieurs dizaines de maladies différentes, de la plus notoire aux cas les plus sérieux et nécessitant une hospitalisation.

A lire aussi : 22 remèdes de grand-mère contre les douleurs cervicales

Solutions de grande envergure contre la moisissure

Pas de panique, vous n’aurez pas besoin de débourser des sommes astronomiques pour désinfecter votre habitation de toutes traces de moisissure. Pour éliminer le problème, on essaiera avant toute chose d’éliminer la source de celui-ci. Si c’est une fuite, on essaiera de chercher l’endroit et de colmater le trou de façon à ce que l’eau ne passe plus. Attention toutefois au travail que vous effectuez, un colmatage de mauvaise qualité peut induire une nouvelle vague de moisissure après traitement. En parlant de ça, sachez qu’avant de nettoyer le tout, on procédera à l’assèchement complet de la zone. Pour ce faire, on utilisera généralement deux méthodes différentes :

  • Injections d’hydrofuges ;
  • La méthode du contrechamp électronique.

Le principe de l’injection d’hydrofuges est assez simple à assimiler ; il s’agit en gros d’une matière que l’on va venir injecter dans les parois à traiter. Le produit anti-moisissure pour mur est sous pression et se relâche lentement après son injection sur la surface (environ 2 à 3 semaines). Le produit durcit jusqu’à prendre la forme d’une résine qui va venir recouvrir et tuer la moisissure qui se trouve collée au mur de la chambre. Ou alors, vous pourrez opter pour l’option high tech qui consiste à procéder à l’assèchement des parois atteintes par voie électronique. Le principe est le suivant : des signaux électromagnétiques de faible envergure sont envoyés sur la cloison pour atteindre les capillaires qui y circulent. Sous l’effet du champ électromagnétique, un contrechamp va se créer asséchant naturellement la zone.

aeration-piece-fenetre

Méthodes simples et rapides pour enlever de la moisissure d’un mur

Après avoir correctement asséché la zone, vous pourrez alors passer à l’étape suivante qui se trouve être le nettoyage. Même si les sources d’infiltration/contamination sont maîtrisées et que l’écoulement est réduit à néant, l’aspect de la moisissure est assez disgracieux. Laisser la moisissure partir toute seule n’est pas la meilleure solution, car cette dernière peut rester des mois, voire des années, avant de s’éclipser en totalité. Avec de simples produits ménagers du quotidien, vous pourrez éliminer toutes traces de la vilaine moisissure qui défigure vos murs.

Nettoyer la moisissure d’un mur à la javel

Le chlore, le meilleur ami de la ménagère depuis belle lurette. Sachez que l’eau de javel peut vous être utile dans le cas où la moisissure ne partirait pas à coup de produits spécialisés. Inutile d’aller jeter votre argent dans des sprays et liquides miracles trop chers, procurez-vous simplement de l’acide chlorhydrique. Ce que vous allez faire, c’est avant tout mettre des gants et des lunettes de protection (pour éviter toutes projections vers les yeux) et mesurer 25 millilitres de javel concentrée.

Vous allez diluer cette quantité dans un bon litre d’eau avant de mélanger énergiquement. Avant de procéder au nettoyage, pensez bien à ouvrir toutes les fenêtres adjacentes pour permettre à l’air de se renouveler. Les vapeurs de la solution peuvent devenir nocives si elles sont inhalées pendant trop longtemps. Alors le processus est assez simple ; vous allez tremper un linge propre dans la solution préparée, puis venir en appliquer généreusement là où vous voyez de la moisissure. Ne rincez pas, laissez plutôt sécher toute une nuit avant de constater le résultat. Si ce dernier s’avère peu concluant, n’hésitez pas à remettre un deuxième coup le lendemain.

Nettoyer la moisissure d’un mur au bicarbonate

Il ne faut pas non plus sous-estimer le pouvoir désinfectant du bicarbonate de soude contre les moisissures en tout genre. Similairement à l’eau de javel, vous allez venir créer une solution diluée de soude dans d’eau. Pour ce faire, prenez simplement des cristaux de soude en vente en grande surface (environ 6 grammes) et diluez-les dans un seau contenant 1 litre d’eau. Vous allez tremper votre brosse dans cette mixture périodiquement tout en frottant la surface infectée de façon énergique. Ne baissez pas les bras si les taches ne disparaissent pas du premier coup. Tout comme l’eau de javel, le bicarbonate a souvent besoin d’un second passage pour opérer. Laissez donc le mur sécher avec la solution de soude avant de réitérer l’opération le lendemain.

Ôter la moisissure d’un mur grâce au vinaigre blanc

Saviez-vous que le vinaigre blanc était tout aussi efficace contre la moisissure ? Pas besoin de grosses quantités d’eau cette fois-ci, vous aurez simplement besoin d’un pulvérisateur. Mélangez 3 tasses de vinaigre blanc à deux tasses d’eau avant de venir incorporer le tout dans le pulvériseur. Aspergez la surface à traiter généreusement avant de laisser agir quelques heures. Il ne vous restera plus qu’à passer un chiffon propre.

Comment éviter d’avoir de la moisissure régulièrement chez soi ?

Comme on dit si souvent, il vaut mieux prévenir que guérir. Si vous ne souhaitez pas passer par toutes ces étapes de purification et de nettoyage, il faudra alors vous assurer que vos chambres ne sont pas des lieux propices à la prolifération de spores de moisissure. Une aération périodique (une fois par jour au moins) est la solution de prédilection. Si vous ouvrez vos fenêtres au moins 10 minutes par jour, vous diminuez le risque de moisissure de façon conséquente. Il est également possible d’investir dans du matériel de prévention contre l’humidité notamment un déshumidificateur pour l’air ambiant, ainsi qu’un tapis ou une moquette de protection spéciale contre l’humidité du sol.

A lire aussi : Aménagement sous escalier : 10 idées pratiques pour aménager cet espace

Image par défaut
Nathan
Nathan responsable de la publication de Info-mag-annonce.com. Tous ses articles sont rédigés en coordination avec l'équipe de direction.
Publications: 52

Laisser un commentaire