Les « Raideuses Volcaniques » au Cambodge

Les « Raideuses Volcaniques » au Cambodge
Stéphanie Billant et Hélène Romanelli repartent pour de nouvelles aventures sportives

Après le « Trophée Rose des Sables » en 2015, un raid automobile, et le « Pop in the city », un raid urbain disputé à Séville, en Espagne, « Les Raideuses Volcaniques » sont de retour en 2018. Elles ? Ce sont Hélène Romanelli et Stéphanie Brillant, deux Puydômoises qui ne manquent pas de courage et de détermination. Dans leur collimateur cette fois, « Le Raid Amazones », une course 100 % féminine qui se dispute cette année au Cambodge. L’épreuve, chère à Alexandre Debanne, investit donc l’Asie du 4 au 14 mars. Trail, course à pied, vélo, course d’orientation, tir à l’arc… Les 90 équipes engagées, composées de deux ou trois concurrentes, vont devoir faire preuve d’endurance et d’adresse.

« Les concurrentes sont pour une bonne part des aventurières débutantes et le niveau sportif est à la portée de toutes pour une raison essentielle : aller chercher ses limites et tenter de les dépasser en équipe. Ce qui nous motive, c’est le défi sportif », expliquent les deux aventurières, qui se préparent physiquement depuis plusieurs semaines.

COURIR POUR ENDOFRANCE

Si le Raid Amazones est une épreuve sportive, il n’en est pas moins solidaire. En effet, les organisateurs laissent la possibilité aux concurrentes de soutenir l’association de leur choix. Hélène Romanelli et Stéphanie Brillant ont choisi d’apporter leur soutien à « Endofrance », une structure de lutte contre l’endométriose créée en France en 2001. Cette pathologie féminine peu connue, causée par le développement d’un tissu hors de l’utérus, peut engendrer des lésions, des douleurs violentes et même des risques d’infertilité.

« Nous allons disputer le raid sous les couleurs de l’association. Notre objectif est de faire connaitre cette maladie car beaucoup de femmes souffrent en silence », explique Stéphanie Brillant, qui est l’ancienne représentante de l’association sur la région.

Côté course, les équipes n’auront que peu de jours pour s’acclimater à la chaleur et à l’humidité cambodgienne. Heureusement, les épreuves se déroulent le matin de bonne heure et les concurrentes peuvent visiter le pays l’après-midi.

« Nous voulons surtout profiter, se dépasser et découvrir cette partie de l’Asie » insistent les Raideuses volcaniques qui ne veulent pas se mettre de pression quant au résultat final. Aller au bout sera déjà un joli challenge…

Partager

Laisser un commentaire