3 questions à… Albane Tessier

3 questions à... Albane Tessier

Opticienne diplômée à la Mutualité Française Limousine, Albane Tessier est spécialisée dans la basse vision.

Info. Que préconisez-vous pour compenser la basse vision ?
Albane Tessier. En France, on définit la malvoyance lorsque l’acuité visuelle du meilleur œil, après correction, est comprise entre 4/10ème et 1/20ème ou lorsque le champ visuel est inférieur à 20 degrés par œil. Des lunettes classiques peuvent compenser le défaut lié à la longueur et la forme de l’œil mais, en cas de pathologie visuelle, elles ne suffisent pas. Il faudra alors envisager des moyens de compensation, à commencer par les aides ergo-nomiques. L’éclairage peut être amélioré avec des lampes spécifiques qui dispensent une lumière adaptée et homogène. Les personnes pensent souvent au grossissement avant l’éclairage. Les pupitres de lecture permettent d’avoir une distante constante par rapport au livre et évitent les douleurs dorsales grâce à une posture adéquate. Les filtres thérapeu-tiques à verres teintés spécifiques limitent la photosensibilisation à l’intérieur, devant un écran par exemple, ou en extérieur en améliorant contraste et piqué d’image. Ils se mon-tent sur une lunette très couvrante, s’intègrent dans des verres correcteurs ou se clipsent sur la monture.

I. Existe-t-il d’autres aides spécifiques ?
A. T. Effectivement, les aides grossissantes non électroniques, légères et transpor-tables, peuvent être tenues en main ou posées comme les loupes à main, mais elles en-traînent de la fatigue au niveau du bras et la distance d’utilisation varie. La loupe à fond clair permet de lire sans trembler car elle est posée sur le livre. Enfin, les lunettes prisma-tiques soulage la convergence et assure un grossissement élevé. Si cela ne suffit pas, il existe des dispositifs électroniques plus ou moins sophistiqués et onéreux et non pris en charge, sauf par la MDPH ou aide exceptionnelle. Je les recommanderai en dernier re-cours, contrairement à l’image d’Épinal sur la basse vision. Les loupes électroniques transportables agrandissent de 2 à 22 fois. Le télé-agrandisseur à grand écran et usage domestique offre un contraste élevé, des couleurs lumineuses et une facilité d’usage avec trois boutons. Certains sont équipés d’un système de lecture. Des logiciels vocalisés peu-vent être intégrés à un PC. Sortie depuis peu, la technologie My Eye est la plus révolu-tionnaire avec une caméra miniaturisée intelligente qui se fixe sur des lunettes avec ou sans correction afin de lire des textes imprimés et de reconnaître des visages mémorisés.

I. Une réadaptation visuelle est-elle envisageable dans certains cas ?
A. T. Tout à fait, à l’hôpital Baudin, une structure de la Mutualité Française Limousine, notre service de réadaptation visuelle propose, aux personnes qui le désirent, une prise en charge pluridisciplinaire sur plusieurs mois à raison de deux à trois demies-journées par semaine. L’objectif est d’améliorer leur autonomie en apprenant à compenser leur défi-cience visuelle pour mieux gérer leur handicap.

Corinne Mérigaud
Photos © Yves Dussuchaud

Partager

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.