Comment fonctionnent les bâtiments à énergie positive ?

Article mis à jour le 29 juin 2021

Une nouvelle réglementation est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021 : la réglementation thermique 2020 (RT 2020), aussi appelée réglementation environnementale RE 2020. Et l’on voit l’émergence d’un nouveau type de bâtiments : les BEPOS. Alors comment fonctionnent les bâtiments à énergie positive ?

Qu’est-ce qu’un bâtiment à énergie positive ?

Des objectifs à atteindre

Dans le cadre de la transition énergétique, les bâtiments neufs (professionnels, privés, publics comme résidentiels) construits à partir de 2021 devront respecter des normes environnementales de consommation d’énergie plus exigeantes.

Les objectifs à atteindre sont les suivants :

  • réduire de 40 % les émissions de CO2 avec comme référence ceux de 1990,
  • améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments de 32,5 %.

Aussi, les Bâtiments Basse Consommation (BBC), dites maisons passives qui consomment très peu d’énergie, se voient remplacer par les Bâtiments à Énergie Positive (BEPOS). Le bilan énergétique d’un bâtiment à énergie positive doit, comme son nom l’indique, être positif. Concrètement, celui-ci doit être durable et autonome, tandis que sa structure doit produire plus ou autant d’énergie qu’elle n’en consomme – qu’elle soit électrique ou thermique – sur une période de douze mois.

A lire aussi : Polystyrène : son recyclage expliqué en détail !

Un bâtiment aux normes plus exigeantes

Ce qui est attendu de la performance énergétique du bâtiment est donc plus important. En plus d’une réduction de la consommation d’énergie, son empreinte environnementale doit également être réduite.

Ainsi, pour toute construction neuve d’un bâtiment à partir de 2021, le permis de construire doit présenter un projet de construction d’une structure à énergie positive. Et pour obtenir le label BEPOS Effinergie, il est préférable de se tourner vers des bureaux d’études pour déterminer et remplir les différents critères, puis vers un organisme certificateur.

Notez que dans le cadre de la transition énergétique, il est possible de bénéficier d’aides des collectivités territoriales ou encore d’un prêt à taux zéro pour financer un projet de bâtiment à énergie positive.

batiments-energie-positive-ferme

A lire aussi : Comment rénover ses fenêtres ?

Le fonctionnement d’un BEPOS

Limiter l’énergie grise

En amont du projet, on réfléchit tout d’abord à l’énergie grise, c’est-à-dire à la quantité d’énergie consommée au cours du cycle de vie du bâtiment (construction, entretien et démolition). L’idée est de limiter cette énergie primaire le plus possible, depuis la construction jusqu’à la démolition. C’est pourquoi des matériaux écologiques sont généralement utilisés comme des isolants naturels ou minéraux.

Optimiser l’apport naturel d’énergie

La structure du Bâtiment à Énergie Positive (BEPOS) est également pensée selon une conception bioclimatique. Cela signifie que le projet est pensé selon les caractéristiques et particularités du lieu où s’implante le bâtiment. On réfléchit à la disposition de la structure pour optimiser le plus possible les apports d’énergies renouvelables (apport solaire grâce à l’emplacement des fenêtres, l’orientation du logement, etc.).

Diminuer les déperditions d’énergie

Puis, la réflexion se porte sur la consommation d’énergie du bâtiment. Pour limiter ses besoins de chauffage, il est nécessaire qu’il ait une bonne isolation thermique (murs, toiture, ouvertures, etc.) afin de limiter les déperditions énergétiques. En plus de ça, on installe un système de ventilation performant pour chasser l’humidité.

Privilégier des équipements sobres

On favorise aussi des équipements économes en énergie, que ce soit pour l’électroménager, mais aussi le système de ventilation, l’éclairage, la production de chauffage, d’eau chaude sanitaire ou de climatisation.

Ces équipements sont très souvent couplés avec un système de production d’énergie décentralisée par le biais de ressources renouvelables.

D’ailleurs, les BEPOS peuvent produire de l’énergie grâce :

  • au solaire avec des panneaux solaires photovoltaïques ou thermiques ;
  • à l’éolien :
  • à la biomasse ;
  • ou encore à la géothermie grâce à des techniques de production de froid ou de chaud.

C’est pourquoi on peut aussi bien trouver des bâtiments à énergie positive tels qu’un bâtiment agricole photovoltaïque, un hôtel avec une pompe à chaleur sur sondes  géothermiques ou encore une université équipée de panneaux solaires photovoltaïques.

Le bâtiment doit également être capable de gérer les flux d’énergie de manière optimale avec notamment un système de récupération et de stockage de l’énergie ou encore en étant coordonné avec le réseau de distribution électrique selon une relation bi-directionnelle. Par ailleurs, il faut que le bâtiment puisse restituer son surplus de production énergétique sur le réseau public.

Et, bien évidemment, les habitants doivent également adapter leurs habitudes de consommation pour favoriser des comportements plus écoresponsables.

A lire aussi : Comment peindre une fenêtre en alu ?

Image par défaut
Nathan
Nathan responsable de la publication de Info-mag-annonce.com. Tous ses articles sont rédigés en coordination avec l'équipe de direction.
Publications: 84

Laisser un commentaire